Accueil > Club des Investisseurs Japonais : mobilité internationale et la négociation collective en France.

Club des Investisseurs Japonais : mobilité internationale et la négociation collective en France.

Posté par AFII dans Evénements, Image de la France, Réformes, Secteurs d'excellence, Zoom pays le 9 octobre 2012

AFII Club Japon

Le 1er octobre 2012 s’est tenue une nouvelle édition du Club des Investisseurs Japonais en France. Cet événement, organisé en collaboration avec l’Ambassade du Japon en France, JETRO Paris et la CCIJF, s’est déroulé au siège de l’Agence Française pour les Investissements Internationaux.

David Appia Club Japon 2012

David Appia, Président de l'AFII

La France est la 2e destination pour les investissements japonais en Europe. Lors de son allocution d’ouverture, David Appia, Président de l’AFII, a rappelé que les entreprises japonaises sont les bienvenues en France car elles ont une dynamique de long terme. Elles sont soucieuses de l’intégration dans les territoires et dans le temps. La France, quant à elle, est à l’écoute des investisseurs et a mis en place de nombreuses mesures afin de répondre au plus près à leurs attentes.

S.E.M. Ichiro Komatsu Club Japon 2012

S.E.M. Ichiro Komatsu, Ambassadeur du Japon en France

S.E.M. Ichiro Komatsu, Ambassadeur du Japon en France, a reconnu les efforts de la France concernant la réduction des délais pour l’obtention des titres de séjour et des visas. Il a remercié l’AFII ainsi que toutes les organisations françaises pour leur travail dans ce sens. De plus, François Hollande, lors de son discours à la Conférence des Ambassadeurs du 27 Août 2012 a rappelé que le Japon est une puissance très importante pour la France et qu’il souhaitait relancer ce partenariat. Les exemples de réussites d’entreprises japonaises en France ne manquent pas, comme l’entreprise Toray qui a posé la première pierre de sa nouvelle usine en Aquitaine le 29 juin dernier en la présence de David Appia et Arnaud Montebourg. S.E.M. Ichiro Komatsu reconnait qu’il existe une complémentarité à la fois technologique et géographique entre les deux pays. Les investissements japonais en France permettent de renforcer les partenariats stratégiques et la compétitivité des deux pays. En France, comme l’a précisé JETRO Paris, les investisseurs Japonais bénéficient, par ailleurs, d’infrastructures performantes et d’aides financières pour leur implantation.

Hitoshi Endo AFII Club Japon 2012

M. Hitoshi Endo, Président du Comité Environnement des entreprises de la CCIJF

Lors de la première table ronde du séminaire, les intervenants ont pu discuter des questions relatives à la mobilité internationale des dirigeants et des cadres Japonais. Monsieur Hitoshi Endo, Président du Comité Environnement des Entreprises de la CCIJF, a tout d’abord présenté les résultats d’une enquête qu’il a menée auprès des partenaires de la CCIJF sur les investissements en France. Les résultats de cette enquête confirment que la question des visas pour les salariés et leurs familles est la plus importante pour les personnes interrogées. Dans ce domaine, la mise en place d’un guichet unique par l’OFII a été particulièrement appréciée. Depuis la circulaire du 3 Août 2012 le guichet unique est désormais présent dans les huit départements suivants : Paris,  les Hauts-de-Seine,  les Yvelines,  le Rhône, la Haute-Garonne, l’Isère, le Nord et le Puy-de-Dôme. Un seul déplacement du salarié et de sa famille est nécessaire pour effectuer la visite médicale à l’OFII et recevoir son titre de séjour. Grâce à ce nouveau système, les délais d’obtention des titres sont réduits à 6 semaines maximum. Un site internet (www.immigration-professionnelle.gouv.fr) a été mis en place afin d’informer les salariés et les dirigeants étrangers sur l’immigration professionnelle en France.

Mme Nathalie Hayashi et Augustin Nicolle AFII Club Japon 2012

Mme Nathalie Hayashi, Directrice Adjointe de l'immigration à l'OFII et Augustin Nicolle, Avocat Associé, BCTG & Associés

Comme l’a présenté Monsieur Augustin Nicolle de BCTG et Associés, il existe un accord bilatéral de sécurité sociale franco-japonais. Les employeurs doivent remplir un formulaire JF6 afin que le salarié en France puisse continuer à bénéficier de la sécurité sociale au Japon.

AFII Club Japon 2012

Lors du débat qui a suivi cette table ronde les questions ont été nombreuses et chacun a tenté de trouver des solutions pour améliorer les procédures. Monsieur Pascal Gay, Secrétaire général de Pilot, a proposé par exemple la mise en place d’ « ambassadeurs » au sein de l’OFII pour faciliter la communication entre l’administration française et les impatriés japonais.

Sabrina Losio AFII Club Japon

Sabrina Losio, Juriste à l'AFII qui a animé la seconde table ronde.

La seconde table ronde s’est ensuite intéressée à la question des négociations collectives en entreprise en France. Ce sujet inquiète en effet de nombreux investisseurs. Monsieur Nicolas Lepetit et Madame Sawako Furusho du cabinet Bersay et Associés reconnaissent que le système de représentativité des salariés en France peut paraître assez technique et complexe mais il est extrêmement utile. Loin d’être des opposants, les représentants du personnel doivent être considérés comme des alliés pour les employeurs. Cela favorise ainsi le dialogue social. Les employés et les employeurs peuvent dialoguer de manière plus souple. Les représentants du personnel ont un devoir de consultation mais l’employeur n’est pas obligé de suivre leurs recommandations (contrairement à ce qui se passe en Allemagne où l’accord est obligatoire entre les représentants du personnel et la direction). Grâce aux conventions collectives, les employeurs peuvent faire des dérogations à la loi, ce qui leur permet une plus grande flexibilité. D’autre part, contrairement aux idées reçues le taux de syndicalisation en France est très bas.

Participants club Japon

Participants au Club des Investisseurs Japonais en France lors du cocktail qui a suivi le séminaire

Madame Valérie Delahaye-Guillocheau, Chef de service à la DGT, est également allée à l’encontre des idées reçues sur les employés français. En effet, la productivité horaire en France est supérieure à la moyenne européenne. Le mode de rupture du contrat de travail a su évoluer pour répondre à la fois aux besoins des employeurs et des salariés. Ainsi la rupture conventionnelle pour les CDI est un dispositif simple avec un contrôle léger de l’administration qui ne fait qu’homologuer la rupture de contrat.

Ces propos ont pu être illustrés par le témoignage de Monsieur Yojiro Okuno de la société Nichirei. En 2010, Nichirei a acquis la société française Godfroy. Le marché français les a toujours intéressé mais il leur semblait difficile de s’implanter seuls. Ils ont donc choisi d’acquérir une entreprise française. Il a fallu convaincre leur siège avec des données concrètes et démontrer que le dialogue social était un élément positif. Leur choix s’est porté sur la société Godfroy car les cultures et les méthodes de travail des deux entreprises étaient similaires. Ils ont conservé la même direction et le personnel japonais est présent lors des réunions du CE pour dialoguer avec le personnel français. Il a fallu cependant effectuer quelques modifications au niveau de la gestion de l’entreprise : « Ils ont travaillé avec nous main dans la main pour modifier tout ceci ensemble », se réjouit M. Okuno. De son côté, Lionel Godfroy est tout aussi enthousiaste : « C’est une belle aventure ! J’ai créé cette société il y a une trentaine d’années et le bâton est bien passé. Nous sommes maintenant un groupe européen avec une clientèle internationale. »

AFII Club Japon

Echange de cartes entre deux participants au Club des Investisseurs Japonais en France lors du cocktail qui a suivi le séminaire

A la fin de ce séminaire, Madame Satoka Tonegawa, Japan Desk au siège de l’AFII, a présenté les missions de l’AFII  et a fait un état des lieux très complet des investissements japonais en France. Les japonais ont une activité commerciale très importante en France : 42 entreprises japonaises ont leurs quartiers  généraux en France. Ils sont principalement présents dans les domaines de l’électronique et de l’automobile. Le Japon est le 6e investisseur en France et occupe la 9e place pour le nombre d’emplois créés dans le pays. « J’espère que grâce à l’investissement les relations de nos deux pays seront renforcées » : une belle conclusion qui laisse présager de beaux jours aux partenariats franco-japonais.

AFII Club Japon

2 commentaires

  1. BENTALEB dit :

    Bon continuation au club japonaise

  2. AFII dit :

    Merci pour vos encouragements! Nous vous invitons à découvrir quelques témoignages d’entreprises japonaises qui se sont implantées en France avec succès: http://www.invest-in-france.org/fr/l-environnement-des-affaires/temoignages-entreprises-experts.html

Rédiger un commentaire

Avertissement : les commentaires sont modérés avant leur publication.

Partagez cet article : Envoyer par email